Une mère sur cinq accouche par césarienne

L'accouchement est un processus compliqué. Tout en étant entre les mains d'une équipe de professionnels évite beaucoup de problèmes. Cependant, toutes ces situations indésirables ne peuvent pas toujours être évitées et une situation imprévue peut survenir lorsque quelqu'un s'y attend le moins. À ce stade, le césarienne c'est peut-être la solution qui empêche le contexte de s'aggraver.

Une intervention qui a augmenté ces dernières années parmi les mères dans le monde, et particulièrement dans les pays du premier monde. Une situation que les experts rapportent, en partie, à la maternité tardive qui se produit dans ces pays et qui augmente le possibilité qu'une naissance de ce type se produise.

Plus que nécessaire

Selon l'étude publiée dans la revue The Lancet, 21% des grossesses dans le monde se terminent par un accouchement césarienne. C'est-à-dire qu'une femme sur cinq a son enfant à travers cette procédure. Un pourcentage supérieur à ce que l'Organisation mondiale de la santé, l'OMS, considère comme "nécessaire". Cet organisme indique que seulement 10 à 15% des cas cette intervention est justifiée.


Si vous regardez les différentes régions du monde, vous pouvez voir ce qui se passe dans les pays plus développés où ces pratiques prédominent. Dans Amérique du Nord, le taux de césariennes est de 32%, soit le même pourcentage qu’en Océanie, contre 27% en Europe. Cependant, en Afrique, ce nombre est de 10%, un chiffre conforme à celui recommandé par l'OMS.

Plus précisément, en Espagne, le taux de césarienne est de 24%, chiffre supérieur à la recommandation de l’OMS et supérieur à la moyenne mondiale. Un symptôme de la façon dont la maternité tardive est en augmentation dans les pays développés plus tard, car avoir un enfant à un âge plus avancé augmente ce risque.


Césariennes selon l'OMS

N'oubliez pas que les césariennes sont une intervention chirurgicale non sans problèmes. Pour cette raison et compte tenu de l’importance pour l’avenir de la mère et fils, l’OMS a lancé la déclaration suivante dans laquelle elle valorise cette procédure:

- Les césariennes ne sont efficaces pour sauver la vie des mères et des nouveau-nés que lorsqu'elles sont nécessaires pour des raisons médicales.

- Au niveau de la population, les taux de césariennes supérieurs à 10% ne sont pas associés à une réduction des taux de mortalité maternelle et néonatale.

- Les césariennes peuvent entraîner des complications et des handicaps importants, parfois permanents, voire mortels, en particulier dans les endroits dépourvus d'installations ou de capacités chirurgicales permettant d'effectuer des chirurgies en toute sécurité et de traiter les complications chirurgicales. Idéalement, les césariennes ne devraient être pratiquées que lorsqu'elles sont nécessaires pour des raisons médicales.


- Tout devrait être mis en œuvre pour réaliser des césariennes pour toutes les femmes qui en ont besoin, au lieu d'essayer d'atteindre un certain taux.

- Les effets des taux de césarienne sur d'autres issues, telles que la mortinatalité, la morbidité maternelle et périnatale, l'évolution de l'enfant et le bien-être psychologique ou social ne sont pas clairs. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre les effets sur la santé des césariennes sur certains résultats immédiats et futurs.

Damián Montero

Vidéo: Césarienne : l'accouchement chirurgical - Le Magazine de la santé


Des Articles Intéressants

Halte à la cyberintimidation: 63% recommandent de dire

Halte à la cyberintimidation: 63% recommandent de dire

Freiner cyberintimidation C'est l'objectif à présent. Pour s'attaquer à ce grave problème social chez les adolescents et les jeunes, il est nécessaire de sensibiliser le public à ce problème et de...

Comment éviter de mordre les insectes de votre bébé

Comment éviter de mordre les insectes de votre bébé

Le piqûres presque tous les insectes sont inoffensifs, mais certains peuvent être très dangereux, voire mortels. Suivez ces recommandations pour aider votre bébé à passer un été tranquille, sans gêne...