La meilleure façon d'apprendre selon Einstein

Tous les enfants ont une capacité qu'ils ne peuvent pas imaginer. Ni ses professeurs ni ses parents. L'intelligence augmente chaque fois que vous apprenez quelque chose d'utile. Le plus utile est ce qui est appris.

Albert Einstein a écrit une lettre à son fils alors qu'il apprenait le piano, l'encourageant dans ses loisirs. Dans cette lettre, j’ai décrit la clé de tout processus d’apprentissage efficace et le point fort estEinstein est convaincu que pour apprendre le mieux possible, il faut apprécier la tâche à laquelle il est livré: nous devons faire ce que nous aimons apprendre et nous améliorer avec.

Par conséquent, nous devons remercier Einstein il n'a pas trouvé la physique ennuyeuse car, malgré ses capacités, il n'aurait probablement pas écrit une seule ligne de sa célèbre théorie de la relativité générale.


Le QI des enfants ne change pas, l'intelligence ne change pas

Chaque enfant et adolescent est un piano qui a toutes les clés. Capable d'émettre une mélodie touchante ou non, en fonction principalement de l'interprète qui la joue. Et si, en raison d'une maladie ou d'un trouble grave, il avait une tonalité désaccordée, même un interprète de qualité serait en mesure de lui tirer des mélodies incroyablement évocatrices.

Le quotient intellectuel d'un enfant, celui avec lequel il est né, ne devrait guère nous occuper. C'est toujours suffisant pour beaucoup plus que ce que nous utilisons. Ce qui compte, c'est ce que l'enfant fait avec lui. Ce quotient ne changera guère au cours de la vie, l’intelligence le fera.

L'être humain il devient intelligent quand il apprend et il n'apprend pas parce qu'il est intelligent. C’est ce que défend le professeur Fernando Alberca, l’un des experts les plus éduqués au monde et le plus connu depuis la publication de son best-seller. Tous les enfants peuvent être Einstein.


Chaque enfant a en lui-même tous les éléments qui pourraient le rendre capable d'atteindre nombre des objectifs qu'il propose et qu'il n'atteint pas encore et encore. C'est la raison pour laquelle Les enfants d'aujourd'hui se sentent si peu capables de grandes réalisations, difficile, que seuls certains choisissent. Et pourquoi de nombreux adolescents, confessent-ils eux-mêmes dans les enquêtes, aspirent de plus en plus à moins, conscients de leur incapacité à être révolutionnaires et difficiles. "Le changement n'est pas seulement quelque chose de très difficile, mais presque impossible", beaucoup semblent croire.

La chose importante est ce que nous faisons avec le QI avec lequel nous venons dans ce monde. En d'autres termes, l'important est de savoir comment nos enfants deviennent plus intelligents, plus capables de résoudre les problèmes les plus importants, jusqu'à devenir capables d'être heureux.

De quoi sommes-nous capables?

L'être humain ne connaît pas vraiment ses limites. De souffrance, de bonheur, d'effort ou de réalisation.


Beaucoup d’enfants et d’adolescents se fixent des objectifs ambitieux, moyens, trop petits et trop nombreux ils ne réalisent pas ce qu'ils proposent. Ils le veulent juste. Ils le veulent avec angoisse, avec anxiété, mais ils ne sont pas en mesure de mettre les moyens qui permettraient de le réaliser.

Vouloir n'est pas le pouvoir

Beaucoup veulent du pouvoir. Ils le veulent vraiment. Ils ressentent les encouragements et la motivation des autres autour d'eux. Ils sentent que c'est le moment. Ils aimeraient bien prendre ce train qui passe à côté d'eux et ils savent que ce sera important pour eux, mais ils n'y parviennent pas parce qu'ils ne savent pas ou n'ont pas assez de force ou de persévérance.

Il ne suffit pas de vouloir quelque chose pour y parvenir. Il ne suffit pas pour nos enfants que leurs parents ou leurs enseignants leur disent qu'ils en sont capables. La seule chose qui leur suffit, c'est de savoir le faire et de trouver les forces qui le facilitent. Mais ils ne les trouvent pas et la frustration augmente et le handicap grandit dans une spirale dans laquelle nos enfants et nos étudiants succombent.

Volonté

"Vous devez faire preuve de plus de volonté", déclarent de nombreux enseignants et parents. Mais les enfants et les adolescents savent-ils quelle est la volonté et comment l'exprimez-vous quand vous en avez besoin? Les parents et les enseignants sauraient-ils comment le dire s'ils avaient le même âge et les mêmes circonstances?

Beaucoup a été écrit et parlé de la volonté des enfants. On conseille beaucoup aux enfants de savoir quoi faire, mais on ne met pas autant l'accent sur leur apprendre à le faire concrètement ou à chercher la force qui leur permettra de le réaliser. Beaucoup de parents deviennent désespérés lorsqu'ils voient leurs enfants ne pas mettre les moyens d'accomplir un exploit qu'ils considèrent nécessaire, en tant que parents, pour leurs enfants. Mais est-ce que les enfants le voient également nécessaire?

- "Je vais passer le prochain examen, je dois le réussir, je vais étudier", m'a dit un étudiant inquiet.
- "Savez-vous comment je sais si vous l'approuvez ou non?" Dis-je.
- "Comment?" Demanda-t-il.
- "Vous vous demandez si aujourd'hui vous avez étudié et aussi demain et si vous saurez tout avant de vous demander".
L'examen est arrivé et n'a pas réussi.
- Qu'est-ce qui s'est passé? J'ai demandé.
- "Comme d'habitude", répondit-il, "Je le voulais mais je ne l'ai pas fait."
Bien qu'il ne sache vraiment pas que sa faute principale était qu'il ne savait pas comment le faire ou où trouver la force nécessaire.En bref, je ne connaissais pas la vraie formule de capacité.

La formule pour apprendre, selon Fernando Alberca

Oublions la volonté et parlons aux enfants de la capacité dont ils disposent s'ils comprennent une formule. La formule qui Fernando Alberca suggère dans son livre Tous les enfants peuvent être Einstein. Selon elle, l'enfant est capable lorsqu'il applique une formule infaillible:

EFFORT + BESOIN = CAPACITÉ

Chaque enfant devient capable de quelque chose quand il comprend vraiment, ressent et assume le besoin qu'il a pour cette réalisation. Et lorsque cela est nécessaire, ajoute l’effort que requiert la réalisation.

- Les enfants mettent tous les efforts nécessaires, et plus encore, quand ils sont sûrs de leur besoin et de leur capacité à le réaliser.
- Les enfants savent et ressentent le besoin de quelque chose, quand ils sont sûrs de savoir comment et combien d’efforts sont nécessaires pour y parvenir.
- Les enfants deviennent capables s'ils en ressentent le besoin et ils ont mis dans l'effort nécessaire que le succès leur apporte.

Donc:
- Sans nécessité, bien que l'on fasse des efforts, cela sera insuffisant. Il finira par succomber parce qu'il ne trouvera pas l'émotion, la motivation ou la continuité qui ne fait que satisfaire un besoin vital.
- Ni quelqu'un qui ne met pas l'effort que quelque chose exige. Peu importe le besoin que vous ressentez et assumez.
- Les deux doivent être combinés. Ce n'est possible que si un besoin suffisant a été associé à un effort suffisant. Les autres sont de bonnes intentions, des désirs qui conduisent l’enfant et surtout l’adolescent à une frustration accrue, à un sentiment d’impuissance, à la déception, à la dépression et à une incapacité croissante, même face à des défis de plus en plus simples et moins complexes.

Marisol Nuevo Espín
Conseil: Fernando Alberca, enseignant et écrivain. Auteur du livre Tous les enfants peuvent être Einstein.

Vidéo: 2 ASTUCES POUR MULTIPLIER N'IMPORTE QUEL NOMBRE MENTALEMENT ET FACILEMENT


Des Articles Intéressants

5 astuces pour s'adapter à la rentrée scolaire

5 astuces pour s'adapter à la rentrée scolaire

Les vacances sont terminées et les parents considèrent déjà le meilleur moyen d’adapter nos enfants aux matinées, aux horaires et aux routines du début de la matinée qui supposent le début de l’année...

Travailler la patience avec la famille

Travailler la patience avec la famille

Le patience C'est une vertu difficile à atteindre mais facile à perdre. Les situations stressantes peuvent dépasser n'importe lequel, même les adultes. Un exemple clair est de demander constamment...

La deuxième grossesse

La deuxième grossesse

La deuxième grossesse a un grand avantage pour la mère et c’est qu’elle a plus d’expérience. Elle est mieux préparée physiquement et ne trouve pas si difficile de réagir et de s’adapter aux...