Crie pour tout, apprends-lui à surmonter les petites difficultés

Dès notre naissance, nous avons la possibilité de développer une capacité merveilleuse et très utile: surmonter. Cependant, lorsque la frustration survient face aux difficultés, les enfants réagissent en pleurant. Quand cela arrive très souvent, il nous semble que l'enfant pleure pour tout. Il est temps de lui apprendre à surmonter les petites difficultés.

Que faites-vous lorsque vous perdez votre balle?

Une situation quotidienne est celle où votre enfant joue avec sa balle qui glisse sous la chaise, de sorte qu’elle n’a pas la balle à portée de main; Vous pouvez le voir, mais vous ne savez pas comment vous y rendre. Les réactions seront de plusieurs types: certains enfants essaieront de s’asseoir sous la chaise, jusqu’à ce qu’ils s’assurent eux-mêmes qu’ils ne peuvent pas l’atteindre, puis ils décideront au vol "du plan B"; d’autres choisiront de changer de jeu sans se donner la peine de le chercher; certains vont commencer à pleurer immédiatement, compte tenu de la perte du ballon. C'est le groupe des "pleureuses", pour lequel le cri est une réponse immédiate à toute situation. Au fur et à mesure qu'ils grandissent, ils pleureront de plus en plus intensément et la fréquence augmentera.


Réactions des parents lorsque leurs enfants pleurent

Devant l'image de votre fils qui pleure, impuissant, parce qu'il ne peut pas sortir sa balle ou son camion du trou où il l'a eu: quelle réponse avez-vous? Quelle est la première chose qui vous vient à l'esprit? Le laisserez-vous pleurer? est-ce facile de sortir le jouet du trou?

La chose normale est de le sortir et de le donner au petit qui sera très heureux et vous sentir aussi que vous l'avez aidé. Mais qu'est-ce que votre enfant a appris d'une difficulté, si nous l'avons éliminée? Vous constaterez rapidement qu'avant de pleurer, un adulte viendra le résoudre. Ainsi, il développera l'art de pleurer constamment à la moindre difficulté.


Développez votre instinct d'auto-amélioration

Lorsqu'un enfant d'environ deux ans, par exemple, place un morceau dans une maison et ne peut pas le sortir, il est normal de le donner. Mais nous devons en profiter pour que cela soit réglé dans notre façon de faire: très lentement, en s'assurant qu'il l'observe, en l'expliquant verbalement et en l'encourageant plus tard à le faire seul jusqu'à ce qu'il apprenne. Nous devons le féliciter avec effusion s'il réussit.

A cet âge, ils aiment imiter et ils sont très heureux quand ils parviennent à se prendre en main.

Si vous ne mettez pas d’intérêt, nous pouvons essayer de laisser la pièce à l’intérieur: nous vous expliquerons comment procéder, nous vous encourageons à l’essayer et, si nécessaire, nous vous accompagnons. Si vous nous attendez en attendant que nous le fassions, il est commode de laisser la pièce à l'intérieur. Vous tirerez vos propres conclusions. Pour qu'un enfant fasse un apprentissage, il doit le faire lui-même et cela n'existera pas si vous le lui donnez. Le dépassement constant des petites difficultés marque le début du chemin qui mène à l'autonomie.


La répétition est la base de l'autonomie des enfants

Pour que les enfants acquièrent leur autonomie, ils doivent avoir la possibilité de pratiquer plusieurs fois jusqu'à ce qu'ils réussissent. Aucun enfant ne met ses chaussettes la première fois.

L'autonomie nécessite du temps, de la patience et du dévouement de la part des parents. En les encourageant à faire les choses pour eux-mêmes, avec beaucoup d'insistance, les enfants cessent souvent de demander à être faits et quand ils sont mieux capables de le faire tout seuls, ils arrêtent de pleurer si souvent.

Leur autonomie leur permet de se sentir plus forts et plus capables, leur estime de soi grandit et ils auront à peine envie de pleurer à propos de tout.

Peur de tout, pleure de tout

Parfois, malgré le fait possibilité de faire des choses pour vous-même, le garçon se ferme en groupe, continue de pleurer, ne montre aucune initiative pour résoudre ce qui lui arrive et surtout n’écoute pas nos explications.

En effet, il y a des enfants qui ont très peur de toute situation motrice de leur âge, comme un petit saut, une balançoire, monter les escaliers du toboggan, etc. Ils exigent que vous leur donniez la main pour tout et, malgré cela, ils crient désespérément pour éviter cette situation.

Ce sont généralement des enfants entourés d'adultes très protecteurs, qui ne leur ont pas permis de faire face à de petits risques et de grandir sans avoir la possibilité de se prouver à eux-mêmes qu'ils sont capables.

Alors, petit à petit, les difficultés auxquelles ils font face sont plus grandes et ont de moins en moins de ressources. En même temps, ils commencent à se comparer à d'autres enfants qui les censurent parce qu'ils ont peur et que la situation s'aggrave.

Pour vous aider, nous devons transmettre une confiance aveugle en vos capacités, car pour un enfant, il est primordial de regarder, de parler et d’attendre ses parents face aux défis auxquels ils sont confrontés.

Des idées pour ne pas pleurer pour tout

1. Transmettre la confiance

En réalité, le plus difficile est de transmettre à l’enfant la confiance nécessaire pour qu’il puisse croire en lui-même, et ce, de très petite taille.L'enfant ne pleure pas d'énervement, il crie comme une défense contre une situation qui déborde facilement comme nous le voyons. Vous devez lui transmettre avec affection que vous espérez qu'il surmontera sa peur des choses concrètes. Il ne s'agit pas de ne pas avoir peur, mais de le surmonter pour ne pas être si doux.

Expliquez que vous avez confiance en cela petit à petit il pourra faire des choses qui lui fait peur maintenant Cherchez des situations à pratiquer, calmement et disposées à encourager, pas à censurer. Il peut être très utile d’écrire vos réalisations sur un tableau ou un cahier, sans jamais échouer. Il s’agit de voir si vous pouvez vous vaincre.

Par exemple, si nous jouons en visant, nous enregistrerons les temps où il frappe la cible; avec la pratique, il fera de plus en plus de cibles et c’est ce qu’il doit vivre à satiété, pour s’assurer qu’il parvient à se surpasser.

Quand ils ont expériences négatives dans la même situation, il est très difficile d'y faire face avec joie, bien au contraire, chaque fois que ce sera plus pessimiste et que la pensée prédit le pire.

2. Vous apprendre à penser positif

Parmi les objectifs de l’éducation de vos enfants, vous devriez leur apprendre à penser positivement, à voir chaque nouvelle situation comme une grande opportunité et non comme un supplice.
Les enfants sont très sensibles à ce que leurs parents pensent d'eux, ils réalisent par votre attitude ce que vous pensez vraiment.

Pour vous aider à surmonter des situations qui vous bloquent plus facilement et vous empêchent de pleurer, ce sera beaucoup plus facile si vous pensez pouvoir y parvenir.

L'enfant quitte lentement sa pensée magique et a besoin de la pensée qu'il crée sur lui-même pour être positif. Une pensée formée à cet âge peut faire des merveilles.

Si nous pouvons voir les situations qui lui ont toujours fait peur, non pas comme des dragons qui vont le dévorer, mais comme des situations magiques où tout est possible, son attitude est très différente.

Pour ce faire, il est très utile de raconter des histoires avec des personnages ayant des caractéristiques similaires aux vôtres. Des personnages qui sont aussi des pleureuses et qui ont de belles choses pour pouvoir s'identifier et voir qu'ils ont des opportunités.

Ces histoires doivent être crédibles, c’est-à-dire que parfois les choses ne se passent pas bien, mais que c’est le cas. Faites bien comprendre que vous devez pratiquer pour obtenir quelque chose, mais qu'il est possible de le faire.

Rosa Mª Palacios. Méthode Pedagogue Lenoarmi

Vidéo: Terrible two: vers 2 ans, l'enfant S'OPPOSE, S'AFFIRME !


Des Articles Intéressants

5 astuces pour s'adapter à la rentrée scolaire

5 astuces pour s'adapter à la rentrée scolaire

Les vacances sont terminées et les parents considèrent déjà le meilleur moyen d’adapter nos enfants aux matinées, aux horaires et aux routines du début de la matinée qui supposent le début de l’année...

Travailler la patience avec la famille

Travailler la patience avec la famille

Le patience C'est une vertu difficile à atteindre mais facile à perdre. Les situations stressantes peuvent dépasser n'importe lequel, même les adultes. Un exemple clair est de demander constamment...

La deuxième grossesse

La deuxième grossesse

La deuxième grossesse a un grand avantage pour la mère et c’est qu’elle a plus d’expérience. Elle est mieux préparée physiquement et ne trouve pas si difficile de réagir et de s’adapter aux...