Quel est ce truc de science?

Par Emilio López-Barajas. Professeur d'université

Le méthode scientifique Appliqué à la connaissance, il ne permet pas toujours une appréhension totale de la réalité. Celui qui est ancré dans l’idée que tout ce qui est vu est vrai est faux. L'observation permet de dire ce que sont les choses, mais pas pourquoi.

L’astronome Arthur Eddington (1882-1944) a utilisé une image didactique qui peut nous aider à comprendre la importance que la méthodologie a dans la tâche et la connaissance scientifique des choses, et qui énonce, en même temps, certains des problèmes actuels. Il propose l'environnement suivant: Supposons qu'un ichtyologiste explore la vie de l'océan. Et, dans ce biosystème, il jette un filet dans l'eau et sort un assortiment de poissons. En examinant leur pêche, il procède systématiquement, comme le font habituellement les scientifiques, et aboutit à deux généralisations:


a) Aucune créature marine n'a moins de deux pouces de longueur;
b) Toutes les créatures marines ont les tripes.

Les deux généralisations sont vraies par rapport à ce qu'il a collecté dans le réseau et il suppose provisoirement qu'elles le resteront chaque fois qu'il répète l'expérience.

Dans cette analogie, la connaissance de la pêche représente une connaissance qui, dans ce cas, est de nature physique - objet de recherche - et du réseau, de l’équipement sensoriel et intellectuel que nous utilisons pour l’obtenir - la méthode -. Lancer le réseau correspondrait à l'action technique planifiée à son époque, typique de la méthodologie d'observation, mais ne permettrait évidemment pas de conclusion générale - à l'instar de l'ichtyologiste de notre récit - sur la "structure" de la réalité.


L’expérience de l’observation, en tant que méthodologie heuristique, ne permet pas, par manque de contrôle, de conclusions explicatives, mais seulement descriptives, c’est-à-dire qu’elle permet uniquement de dire "ce qui est" dans la réalité, mais pas le "pourquoi", ce qui est l'hypothèse de la généralisation, même si ce n'est qu'en cas de probabilité.

Le la science doit donc être une connaissance systématique et méthodique des principes, les causes et la nature essentielle et matérielle des choses. La connaissance humaine commence certes à être sensible, mais atteint le niveau intellectuel, par l'abstraction, où elle revient à envisager, avec l'immanence, la possibilité d'une transcendance ontologique à travers des concepts, ce qui est possible par l'abstraction.

Opérationnellement, avant d'aller de l'avant, ceux qui ne veulent pas dire d'imprécision, les notions vides de contenu, de lieux communs, de choses physiques, comme ce serait le cas dont nous avons discuté, doivent auparavant connaître l'état de la question des sciences physiques et biologique et leurs méthodologies respectives. Et si vous souhaitez connaître non seulement le sensible et le matériel, mais également les éléments essentiels et fondamentaux, tels que la liberté, l’amour ou la beauté, vous devez étudier et procéder selon la méthodologie de la démonstration, d’une grande tradition classique en science métaphysique. Et si vous voulez en savoir plus sur les choses divines, votre attention et votre apprentissage devraient être appliqués à la méthodologie de la science de la théologie, dont l'objet sera la vérité révélée. Bien entendu, il faut dans ce dernier cas introduire le savoir qui se trouve, au moins, dans la Somme théologique et la Somme contre les gentils de Thomas d’Aquin.


Selon Choza (1997), philosophe espagnol, ceux qui souhaitent "naturaliser l'épistémologie", c'est-à-dire réduire la science uniquement au physique et au matériel, comme ce serait le cas de l'ichtyologiste, qui, chez l'homme, est si radicalement pensé aussi naturel que la biologie elle-même. De plus, la même connaissance de la biologie humaine, lors de la formulation de ses lois et théories, n’est comprise que par la condition intellectuelle de l’homme. Enracinées et imbriquées dans ces notions sont, entre autres, des questions à connaître dans le cadre de notre bagage intellectuel, les suivants: la création et l'origine de l'univers, l'apparition de la vie, de l'espèce ou de l'homme, les lois physiques, le dialogue entre l'immanence et la transcendance du savoir, l'explication génétique, le processus du scepticisme moderne, etc.


La science, bien sûr, n'est pas fausse. La science est du vrai.


Et, par conséquent, ce n’est pas la réalité qui doit s’adapter à la méthode, mais l’inverse. Certains considèrent, comme dans le cas de l'ichtyologiste, que la vérité n'est que ce qui est vu, conséquence d'un "réalisme naïf", ce qui prouve la connaissance populaire traditionnelle "Je n'y crois pas si je ne le vois pas". Le vrai, en ce sens, ne serait que ce qui apparaît à celui qui sait, comme cela s’est passé dans le cas de l’ichtyologiste, mais il serait difficile de témoigner à ce sujet.À titre d'exemple moins naïf, la pomme de Newton n'est pas tombée au sol parce qu'elle était mûre, mais avant tout parce que tout corps laissé dans l'espace tombe sous son propre poids, c'est-à-dire la loi de la gravité dans l'atmosphère agissait sur elle.

L’ouverture du diaphragme de l’objet de la science, en bref, la connaissance de son statut, permet à la méthodologie non seulement l’analyse, la synthèse et la critique, mais aussi la démonstration et la contemplation, puisque: "Homme béni qui connaît la science, mais encore plus, l'homme qui a acquis la sagesse et qui est riche en prudence, dont l'acquisition vaut plus que l'argent et dont les fruits sont plus précieux que l'or pur "(Proverbes, chapitre II 13,14).

Vidéo: Assieds-toi et écris Ta thèse ! Trucs pratiques pour la rédaction scientifique


Des Articles Intéressants

5 astuces pour s'adapter à la rentrée scolaire

5 astuces pour s'adapter à la rentrée scolaire

Les vacances sont terminées et les parents considèrent déjà le meilleur moyen d’adapter nos enfants aux matinées, aux horaires et aux routines du début de la matinée qui supposent le début de l’année...

Travailler la patience avec la famille

Travailler la patience avec la famille

Le patience C'est une vertu difficile à atteindre mais facile à perdre. Les situations stressantes peuvent dépasser n'importe lequel, même les adultes. Un exemple clair est de demander constamment...

La deuxième grossesse

La deuxième grossesse

La deuxième grossesse a un grand avantage pour la mère et c’est qu’elle a plus d’expérience. Elle est mieux préparée physiquement et ne trouve pas si difficile de réagir et de s’adapter aux...