Est-ce qu'on leur dit d'être bons ou riches?

Si vous demandez à n’importe quel d’entre nous quel message nous essayons de transmettre à nos enfants pour leur permettre de se faire une vie, la grande majorité répondrait sans dégoûter: «soyez bons». Mais si nous vivions quelque temps chez nous dans un "Big Brother", nous découvririons, non sans surprise, à quelle fréquence nous transmettons un message très différent de celui que nous voulons transmettre.

J'ai longuement réfléchi ces derniers jours. J'ai eu l'occasion de réaliser une merveilleuse interview de Tomás Melendo, que vous pouvez lire intégralement dans notre édition papier. Le professeur Melendo a écrit un dernier livre, La rencontre de trois amours (Word, 2018) où il met toutes ses connaissances philosophiques et toute son expérience d'époux, père et grand-père, au service d'une véritable éducation.


Il nous dit littéralement que "nous devons décentraliser les enfants", ce qui signifie les empêcher de jouer le rôle de centre, d'arrêter de penser à eux-mêmes. Parce que si nous voulons vraiment qu'ils soient heureux, ils ne pourront accéder à ce chemin que par la bonté. Et pour être bons, ils doivent se donner aux autres avec l'oubli de soi. Aussi simple que radical.


Ces jours-ci, il y avait un examen de conscience de quand nos mères disent que nous devons être bons et quand notre message est contraire à celui que nous prétendions transmettre.


Heureusement, nous le faisons souvent bien. "Demandez avant de prendre le dernier cookie" ou "Comment va cette petite fille qui passe un mauvais moment".


Mais je me rends compte que lorsque nous parlons d’avenir, de leur vie d’adulte, de leur travail, nous avons tendance à leur en dire plus à se chercher que pour les autres. Et nous faisons cela, presque sans réfléchir, chaque fois qu'ils deviennent paresseux devant les manuels scolaires. "Etudiez, vous devez être quelque chose dans la vie", avons-nous ajouté, comme si "être quelque chose" dépendait de ce que vous avez ou de ce que vous gagnez, comme si ce n'était que lorsque vous avez ou que vous gagnez que vous pouvez "être quelque chose". , dans le meilleur des cas, pour être bon ...

Je pense que la clé est d'ajouter à cela "être quelque chose" un "pour quoi". Parce que si nous sommes juste quelque chose pour gagner autant d’argent que les footballeurs, nous ne sommes pas une grosse affaire, mais si nous sommes quelque chose à mettre nos talents au service des autres et nous devenons le médecin qui sauve des vies, le maître qui fournit la tête ou le portier qui s'occupe du bien commun de tous les voisins, alors nous serons vraiment beaucoup.


Alors, quand on les voit batifoler devant des livres et des cahiers, il ne faut pas rester coincés avec l'idée, de lire un peu grossier, qu'il faut être quelque chose dans la vie. Transmettons-leur l'idée qu'ils doivent être quelque chose pour aider les autres.

Tomas Melendo m'a expliqué que lorsqu'ils sont petits, il suffit de leur dire: étudiez pour pouvoir expliquer ce que vous avez appris à vos camarades de classe et à vos frères et sœurs et pour les aider dans leurs tâches. Mais il est dans la nature des enfants d'avoir des opinions élevées et de réaliser immédiatement que s'ils étudient, ils aident et que, lorsqu'ils aident, ils sont également heureux.

Vidéo: DADJU - Bob Marley (Clip Officiel)


Des Articles Intéressants

Autisme chez l'enfant, types et symptômes

Autisme chez l'enfant, types et symptômes

L'autisme est un ensemble de troubles, appelés troubles du spectre autistique, classés comme syndrome d'Asperger, syndrome de Rett, trouble de la désintégration de l'enfance et trouble du...

Le danger d'un contrôle parental excessif

Le danger d'un contrôle parental excessif

L'un des aspects les plus difficiles de la paternité et de la maternité est de laisser les enfants libres et de présumer qu'ils peuvent avoir tort, qu'ils peuvent souffrir et que ce qui est...